Harry Potter 7 (10) fiction 2

─ Vite, il faut neutraliser Rogue, dit Harry en se dirigeant vers le lieu du combat.

Seamus, Dean et trois elfes tentaient d’empêcher Rogue de sortir de l’enceinte de Poudlard.

─ Ah, Potter ! Vous croyez que vous ne craignez plus rien maintenant que Voldemort est détruit, mais vous vous tromper ! Expelliarmus !

Rogue avait visé Harry mais celui-ci avait anticipé et s’était écarté. Rogue paraissait fou. Le fait que Voldemort était mort le paniquait. Il n’avait plus de chef pour mener la lutte. Il ne voulait surtout pas que les Mangemorts l’apprennent.

─ Expelliarmus !

Cette fois-ci, il avait visé Ron mais lui aussi était vigilent.

─ Lévi Corpus, prononça Hermione.

─ Raté, Miss Granger, ricana Rogue qui essayait de paraître content de la situation. Mais je vous conseille de ne pas utiliser mes propres sorts que j’ai inventé quand j’étais jeune, dit Rogue d’une voix pleine de haine.

─ Expelliarmus ! s’écria Ron.

Mais Rogue devait probablement utiliser ses dons d’occlumens pour contrer les sorts car il anticipait chacun de leurs sorts.

─ Sectumsempra ! cria Harry.

N’utilise pas les sorts que j’ai inventé, hurla Rogue, hors de lui. AVADA KEDAVRA…AVADA KEDAVRA !

Il avait essayé de tuer Harry et Hermione mais ils avaient lancé eux aussi un sort puissant en même temps, ce qui neutralisa les sortilèges.

─ Wingardium Leviosa ! dit une voix derrière Rogue qui fut décontenancé.

En effet, il venait de perdre sa baguette magique. Celle-ci volait dans l’air, portée par Dobby qui avait dû lancer un puissant sort pour l’arracher des mains de Rogue.

─ Bien joué, Dobby ! s’écria Harry.

─ Vous voyez, Rogue, que les elfes sont puissants, dit Ron en pointant sa baguette sur lui.

Harry s’avança vers Rogue d’un air menaçant.

─ Maintenant, je vais vous tuer. Pour tout ce que vous avez fait à mes parents, à Sirius, à Voldemort, à Luna et à tous les autres.

Rogue était devenu encore plus pâle que d’habitude. Il ne songeait plus à narguer Harry.

─ Pitié, Harry, implora Rogue. Voldemort me tenait. Si je ne le suivait pas, il m’aurait tué et …

─ SILENCE ! hurla Harry. Tu vas mourir, tout de suite.

Il pointa sa baguette sur le cœur de Rogue.

─ NON, Harry, cria Hermione. S’il te plaît, ne le tue pas.

─ Vous avez raison, Miss Granger. Tuer ne sert à rien, vous avez déjà commis un…

─ TAISEZ-VOUS ! l’interrompit Hermione. Immobilus.

─ Hermione !s’écria Harry d’un ton de reproche. Tu ne veux quand même pas qu’il vive ! Il mérite de mourir. Je pensais que tu aurais fait abstraction aux règles pour tuer Rogue comme nous l’avons fait pour Voldemort.

─ Je sais, dit Hermione. Moi aussi, je voudrais le tuer tout de suite et en finir. Même lancer le sortilège Doloris. Mais il y a pire que la mort. Il doit subir le baiser des Détraqueurs. C’est cela le pire qu’il puisse arriver à un Homme. Et tu le sais. Rappelle-toi quand Sirius voulait tuer Queudver. Tu l’en as empêché pour que Sirius ne devienne pas un meurtrier. Tu dois faire la même chose pour toi.

─ Qu’en penses-tu, Ron?  demanda Harry qui semblait céder.

─ Moi aussi, j’aurai voulu tuer Rogue aujourd’hui, mais Hermione a raison, répondit Ron un peu à contrecœur. On aura vraiment réussi si l’on se débarrasse de Rogue sans devenir des assassins.

─ D’accord, dit Harry, tristement. Aidez-moi, on va le cacher derrière ces buisons.

Harry se tourna vers les trois elfes.

─ Surveillez-le. Surtout, ne laissez aucun Mangemort l’emmener. Nous, nous allons aider les autres…À moins que quelqu’un veuille bien rester là.

Mais tous voulaient se battre. De plus, ils avaient caché Rogue dans un lieu à l’écart du combat et trois elfes faisaient le guet.

─ Alors, ne traînons pas, dit Harry.

─ Harry, dit Hermione. Je crois que nous devrions montrer le corps de Voldemort pour que les Mangemorts se rendent.

─ Oui, c’est une très bonne idée. Cela évitera de se blesser et nous gagnerons du temps. Je n’aime pas laisser Rogue là-bas trop longtemps. Hermione, tu peux aller chercher Voldemort ? Pendant ce temps, nous allons les aider.  

─ J’y vais, dit Hermione, qui partit en courant vers la Grande Salle.

Harry et Ron se mêlèrent au combat où les Centaures et les loups-garous étaient d’un précieux secours. Malgré la potion de Felix Felicis, de nombreux membres de l’A.D. étaient à terre. Peut-être étaient-ils simplement blessés mais il était préférable que le combat s’arrête le plus vite possible. Harry et Ron annoncèrent la nouvelle de la mort de Voldemort au maximum de personnes qu’ils croisaient. Ils essayaient aussi de le dire aux Mangemorts mais ceux-ci, bien sûr, n’en croyaient pas un mot.

─ Voici Hermione ! s’écria Ron.

Hermione revint en faisant flotter dans l’air le corps de Voldemort, en utilisant le sortilège de l’immobilicorpus.

─ J’ai vu le professeur McGonagall ! Elle a immédiatement envoyé un hibou à la prison d’Azkaban pour ramener les Détraqueurs. Elle espère qu’ils vont capturer les Mangemorts s’ils se rendent.

─ Vite Hermione ! s’exclama Harry. Dirige Voldemort vers les Mangemorts.

Le corps de Voldemort fut déplacé vers le lieu du combat. Il flottait lentement, le corps droit. Les Mangemorts ne s’en aperçurent pas tout de suite, puis tout d’un coup, ils cessèrent de combattre pour regarder leur maître qu’ils croyaient invincible. Plus personne ne songeait à se battre. La vision surréaliste du corps de Voldemort inerte, manipulé comme un pantin était trop troublante et irréaliste. A présent, seulement une minute après le vacarme du combat, un grand silence régnait dans le parc. Les Mangemorts se regardaient, comme s’ils attendaient que l’un d’eux ne réplique. Mais ils étaient abasourdis par la mort de leur maître. Ils regardèrent leur bras. La marque des Ténèbres avait disparu. Ils n’avaient plus de raison de se battre. Au loin, les Détraqueurs approchaient. Ils étaient au moins une cinquantaine. Maintenant, il s’agissait de savoir comment allait réagir les Mangemorts.

Rendez-vous, cria Maugrey. Vous êtes cernés.

En effet, les Détraqueurs encerclaient les Mangemorts qui étaient deux fois moins nombreux. Voldemort étant mort, les Détraqueurs s’alliaient à Poudlard et avaient décidé se reprendre leurs fonctions initiales. Ils rétrécirent le cercle autour des Mangemorts qui se serrèrent de plus en plus entre eux. Ils abdiquaient. Les membres de l’A.D., les elfes, les Centaures, les loups-garous hurlaient de joie et jetaient leurs baguettes en l’air. Les forces du Mal étaient enfin anéanties. Mais très vite, ils se dirigèrent vers les corps qui étaient à terre. Les Détraqueurs emmenaient les Mangemorts vers la prison d’Azkaban. Rogue subit le baiser du Détraqueur sur place ainsi que Queudver. Harry, Ron et Hermione assistèrent à sa mort en compagnie de Lupin.

─ Cette fois-ci, tes parents sont vengés Harry, dit Lupin. Vous avez bien faits de ne pas tuer Rogue et Queudver vous-même. Je suis très fier de vous. Je vous félicite tous les trois.

─ Nous avons tous très bien travaillé, dit Harry. Les elfes, les Centaures, les loups-garous, tout le monde a été super.

─ Malheureusement, ma potion n’a pas été parfaite, cinq elfes sont morts, dit tristement Hermione.

─ Mais aucun membre de l’A.D. n’a été tué, la conforta Lupin. Il y a bien sûr des blessés, mais rien de grave. Madame Pomfresh saura les guérir. Je pense que la potion agissait moins bien sur les elfes, c’est tout. Ta potion était formidable !

Une fois les Mangemorts emmenés, les membres de l’A.D. et les elfes se dirigèrent vers le château. Les Centaures, les loups-garous regagnèrent la forêt interdite mais le professeur McGonagall les invita à venir au château le lendemain. Malefoy fut invité à rejoindre le dortoir des Serpentard.

Harry, Ron et Hermione se rendirent dans leur salle commune et s’assirent dans des fauteuils.

─ Dumbledore serait fier de ce que nous avons fait, dit Harry avec un grand sourire.

─ L’ « Armée de Dumbledore » a  été fantastique, dit Hermione, excitée. Neville a été formidable et avait enfin vaincu sa peur.

─ J’espère que l’on va nous donner des vacances plus tôt que prévues, soupira Ron, épuisé.

─ Mais nous avons les ASPIC dans une semaine, s’inquiéta Hermione. Cet examen est indispensable.

─ Je pense que les examens ne serons pas annulés, dit Harry. Ils sont déterminants pour notre avenir.

─ Mais je pense qu’ils seront indulgents et qu’ils prendront en compte notre travail sur l’année, déclara Hermione.

─ J’espère, dit Ron. Les membres de l’A.D. ont eu moins de temps pour travailler. On mérite un « Optimal » en « défense contre les forces du Mal ».

─ Demain, McGonagall prononcera un discours à dix heures dans la Grande Salle, dit Harry en baillant. Il y aura les Centaures, les personnes « loups-garous » et les elfes. Elle en profitera sûrement pour nous dire comment se dérouleront les examens…s’il y en a.

Hermione se mit à bailler à son tour. Il était cinq heures du matin. Tout le monde s’était couché dans leurs dortoirs respectifs.

─ Nous devrions aller nous coucher aussi, dit Hermione en se levant. Bonne nuit.

Harry et Ron l’imitèrent.

─ Bonne nuit.

  

26

Epilogue

  
L

e lendemain, Harry, Ron et Hermione se levèrent tôt malgré la fatigue. Ils rejoignirent la table des Gryffondor où seul Neville était présent. Il prirent le petit déjeuner ensembles et lorsqu’ils se levèrent, ils virent Drago Malefoy s’avancer vers eux.

─ Alors, vous n’arrivez pas à dormir ? lança Malefoy de son ton prétentieux habituel.

─ Bonjour, dit Harry calmement. Ce n’est pas la peine de jouer la comédie.

─ Qui te dis que joue la comédie ? répliqua Malefoy.

─ Tu es dans notre camp à présent, répondit doucement Hermione. Tu nous l’as prouvé. Et ce n’était pas du bluff. Il n’y a pas de stratégie dans le geste que tu as accompli. Tu nous as aidé à détruire Voldemort. On ne peut pas être ennemi.

Maugrey arriva au même moment.

─ Ah ! Vous êtes tous les cinq là ! Je voulais vous parler à tous. Venez, on va prendre l’air.

Ils suivirent Maugrey et marchèrent dans le parc de Poudlard.

─ Harry, es-tu satisfait ? demanda Maugrey.

─ Oui, je pense que maintenant que Voldemort et Rogue sont morts, mes parents sont vengés. Et nous sommes tous en sécurité maintenant.

─ Et toi, Hermione ?

─ Harry a raison. Nous avons vengé ses parents, mais aussi Dumbledore, Luna, Sirius et…

Elle se tourna vers Neville.

─ Et mes parents, dit Neville avec un sourire.

─ Mais nous l’avons surtout empêché de commettre d’autres crimes, que ce soit chez les sorciers ou chez les moldus, continua Hermione. Mais parents étaient extrêmement inquiets. C’était le cas de tous les moldus qui connaissent l’existence du monde des sorciers. C’est encore pire pour eux.

─ Ron ?

─ C’est vrai, nous sommes en sécurité maintenant. Mais le Ministère va être trop tranquille. Ils vont se reposer, rigola Ron.

─ Il y aura toujours des criminels, contredit Hermione.

─ Exactement ! s’exclama Maugrey. C’est de cela que je veux vous parler ! Qu’avez-vous l’intention de faire l’année prochaine ?

─ Je ne sais pas, dit Ron. J’aurai aimé être Auror mais il faut d’excellents résultats aux APICS.

─ Moi aussi je veux devenir Auror, dit Hermione enjouée. Mais je veux aussi développer la S.A.L.E.

─ D’accord, dit Maugrey, c’est intéressant. Neville ?

─ Je n’ai pas vraiment réfléchi. J’ai aimé combattre les forces du Mal et m’entraîner au combat. Donc je serais content d’être un Auror aussi mais je n’aurai jamais assez d’ASPIC.

Maugrey se tourna vers Harry pour l’inciter à parler.

─ Avec Ron et Hermione, on formerait une bonne équipe d’Aurors. C’est la seule chose que je veux faire.

Il réfléchit quelques instants.

─ Mais à présent, je veux bien m’occuper de la S.A.L.E., poursuivit Harry. Nous aurons plus de temps.

─ C’est vrai, approuva Ron. J’aimerais bien que l’on travaille ensemble en tant qu’Auror et développer la S.A.L.E. Les elfes nous ont tellement aidé. Ils ont prouvé à tout le monde qu’ils valent aussi bien que les sorciers.

─ Très bien, dit Maugrey. J’espère que vous comprenez bien que même si Voldemort est détruit, il restera toujours des personnes assoiffées de pouvoirs et qui aimeront faire le mal. Les Aurors auront toujours du travail. Les moldus seront toujours vulnérables.

Maugrey s’interrompit un moment et prit son inspiration.

─ J’ai discuté de vous quatre avec McGonagall et Scrimgeour, dit-il. Tout d’abord, les A.S.P.IC.S. auront lieu la semaine prochaine. Mais McGonagall vous le dira tout à l’heure. Je veux vous parler d’autre chose. Nous pensons que vous avez prouvé que vous pouviez être de très bons Aurors. Quand on se bat contre Voldemort, on est rodé pour la suite. Je ne pense pas qu’un sorcier aussi malfaisant et puissant ne nous hante avant pas mal de temps. Alors, même si l’un de vous quatre n’obtenait pas le score minimal requis pour devenir Auror, Scrimgeour vous offrira quand même un poste d’Auror si vous le souhaitez. Bien sûr, je vous conseille d’obtenir le maximum d’ASPIC possibles car peut-être que ce métier ne vous plaira pas toute votre vie et que vous voudrez alors changer de voie. Neville et Ron, vous devrez bien préparer votre examen, surtout Neville. Pour la partie pratique, je ne m’inquiète pas, mais pour la théorie, vous pouvez être piégés. Harry et Hermione, vous n’aurez aucun problème…Alors, qu’en pensez-vous ?

Harry, Ron, Hermione et Neville arboraient un sourire de plus en plus large au fil du discours de Maugrey.

─ C’est super ! s’exclama Hermione qui étreignit tour à tour Ron, Harry et Neville. On va pouvoir travailler ensembles.

─ Je vais devenir Auror, dit Ron abasourdi. Fred et George vont jamais le croire !

─ C’est fantastique ! s’écria Harry. Tes parents vont être très fiers. Je suis content pour eux.

Neville était le plus stupéfait. Il ne disait rien et ne semblait pas comprendre.

─ Bravo, Neville ! le félicita Hermione. Tu vois, tu as réussi !

─ Professeur ? demanda Harry, est-ce que l’on pourra développer la S.A.L.E. en même temps ?

─ Je pense que vous aurez un peu de temps pour mener deux activités à la fois, sourit Maugrey. Après tout, Voldemort est mort !

 Hermione rayonnait de joie. En effet, elle était inquiète à l’idée de se séparer de Harry et de Neville. Elle s’inquiétait aussi pour Ron qui n’était pas sûr de réussir l’examen pour devenir Auror. Le fait qu’Harry et Ron se joignent à elle pour développer la S.A.L.E. la comblait de joie. Pour Harry, Ron, Hermione et Neville, c’était l’un des plus beaux jours de leur vie.

─ Drago, dit soudain Maugrey d’une voix grave, nous te devons beaucoup à toi aussi.

─ Vous pouvez le dire ! répondit Drago, qui conservait malgré lui son air arrogant.

─ Peux-tu nous expliquer ce qui t’a fait changer d’avis ?

─ Je n’ai jamais été vraiment un de ses partisans, dit Malefoy, mal à l’aise.

─ Alors pourquoi l’as-tu rejoint, demanda Harry qui s’efforçait de rester calme.

─ Mon père était un Mangemort, alors…

─ Alors tu avais les mêmes idées que lui, acheva Maugrey.

─ Oui.

─ Et ensuite, tu as commencer à comprendre mais il était trop tard.

─ Je ne pouvais pas quitter Voldemort, dit Malefoy.

─ Tu avais trop peur de lui, dit Ron, sans méchanceté. Mais si tu ne le trahissais pas, tu aurais au moins pu nous laisser tranquille.

─ Mais Rogue était un Mangemort et mon père me l’avait dit. Il était plus facile pour moi de jouer au Mangemort et de m’allier à Voldemort que de se battre contre lui.

─ Tu as été très lâche, déclara Harry sèchement.

Malefoy ne répondit pas, ce qui était un signe d’affirmation.

─ Tu aurais pu nous en parler, dit Hermione.

─ C’était impossible, dit Malefoy…et puis, même si je ne voulais pas être un Mangemort, je ne vous aimais pas. J’ai été éduqué comme ça.

─ Tu pensais vraiment ce que tu disais au sujet des Sang-de-bourbe ? demanda Hermione avec appréhension.

─ Lorsque nous étions en deuxième année, oui. Mais ensuite, j’ai changé d’avis mais je continuais à agir pour Rogue et Voldemort. L’an passé fut la pire année. Nous avons failli nous tuer avec Harry. Je détestai Harry ; Harry le chouchou de Dumbledore, la célébrité de Poudlard. Ceci m’a rapproché de Rogue au début. Hermione, tu étais Mademoiselle-Je-Sais-Tout et tes parents sont des moldus, alors mon père et moi, nous te détestions. Et pour Ron et Neville, c’était la même chose. Mon père m’avait appris à vous détester avant même la première année à Poudlard. Je ne voulais pas être de votre côté. Mais l’an passé, j’ai été obligé de tuer Dumbledore. Finalement, c’est Rogue qui s’en est occupé car je n’en ai pas eu le courage. A partir de ce jour, il a eu des doutes sur moi. Et j’ai vraiment commencé à réfléchir.

─ C’est pour ça que vous vous disputiez le jour où nous sommes entrés dans la Cabane hurlante ? demanda Harry.

─ On s’est souvent disputé, dit Malefoy, mais ce jour là…

─ Ce jour là, vous vous disputiez à cause de la mort de ton père, continua Hermione à voix basse.

─ Oui. Voldemort a tué froidement mon père alors que celui-ci ne l’avait jamais trahi.

─ C’est ce jour là que tu as définitivement changé de camp, dit Hermione.

─ C’est ça, j’étais tellement énervé que j’ai laissé Harry lire dans mes pensées. Rogue m’avait très bien enseigné comment fermer mon esprit. Mais je sais aussi très bien l’ouvrir et montrer exactement ce que je veux laisser voir.

─ C’est pour ça que Rogue n’a pas pu lire dans ton esprit hier ? demanda Ron. Tu n’as laissé qu’Harry entrer dans ton esprit ?

─ Exactement. Grâce à Rogue, je suis devenu un très bon occlumens. Il ne s’est douté de rien. Il a été tellement surpris que je jette le sort à Voldemort qu’il n’a même pas songé à me tuer. Il ne pensait qu’à s’enfuir.

─ Quand tu m’as laissé lire dans tes pensées dans la Cabane hurlante, continua Harry, tu savais que nous comprendrions ?

─ Je savais que vous vous demanderiez si c’était un piège ou une faiblesse, ou un cadeau de ma part. Mais je savais que vous sauriez vous en servi au moment utile. Et c’est ce qui s’est passé.

─ Pour Luna, tu ne pouvais rien faire ? demanda Ron, sceptique.

─ Je ne savais pas que Nagini voyait Luna régulièrement. Je ne l’ai su par Rogue qu’une fois Luna tuée. Comme je vous l’ai dit, Rogue avait de plus en plus de doutes sur moi et en avait sûrement fait part à Voldemort.

─ D’accord, dit Maugrey. Je comprends un peu mieux ton histoire. C’est courageux d’avoir changé et tenu tête à Rogue en ne lui laissant pas lire dans ton esprit durant cette année.

─ Oh ! Nous allons être en retard ! s’exclama Hermione en regardant sa montre. Le discours commence dans cinq minutes.

Ils étaient à la lisière de la forêt interdite et coururent vers le château en attendant Maugrey, qui ne pouvaient se déplacer rapidement. Quand ils arrivèrent, la Grande Salle était pleine. Tous les élèves, qu’ils soient membres de l’A.D. ou non, les Centaures, les humains qui étaient loups-garous la veille et tous les elfes faisant partie de l’A.D., étaient présents pour assister au discours du professeur McGonagall. Quand ils s’installèrent à la table des Gryffondor avec Malefoy, McGonagall commença son discours. Elle était entourée de tous les professeurs et du Ministre de la Magie en personne. Dans la salle, il régnait une agitation joyeuse.

─ Bonjour, dit le professeur McGonagall.

Tout le monde se tut instantanément.

─ Je pense que maintenant, vous savez tous plus ou moins ce qui c’est passé. Voldemort a été définitivement détruit. Et cela grâce aux membres de l’A.D., aux elfes, aux Centaures et aux loups-garous. Je tiens à remercier particulièrement les membres de l’A.D. et les elfes qui se sont entraînés toute l’année pour le combat d’hier.

McGonagall parlait d’une voix émue.

─ Vous avez été tous exceptionnels. Je veux vous rassurer tout de suite. Les élèves qui sont encore à l’infirmerie sont hors de danger…Par contre, trois elfes et un centaure ont été tué. Ils seront enterrés cet après-midi dans le parc du château.

Il y eu des murmures dans la salle, mais McGonagall poursuivit.

─ Nous avons aussi perdu Luna il y a peu de temps. Cette année a été très mouvementée, mais comme vous le savez, les BUSE et les ASPIC sont déterminants pour votre avenir. Par conséquent, ces examens ne seront pas annulés. Les autres classes, par contre, sont exemptes d’examen cette année.

Cette fois-ci, la salle se mit à gronder plus forts.

─ C’est pas juste… !

─ On était à l’A.D., on n’a eu moins de temps pour travailler… !

─ Silence ! , dit le professeur McGonagall en élevant la voix.

─ Il fallait s’attendre un tel brouhaha, dit Ron.

─ Des efforts seront faits de la part des professeurs, continua McGonagall. Pour les membres de l’A.D., le travail fourni pendant l’année sera pris en considération. De plus, tous les élèves de l’A.D. qui passent les BUSE ou les ASPIC cette année ont leur épreuve de défense contre les forces du Mal validée.

─ Tous les membres de l’A.D. crièrent de joie et applaudirent. Harry, Ron et Hermione étaient déjà au courant mais ils se mêlèrent au tumulte.

McGonagall leva la main et les élèves se turent immédiatement.

─ J’ai aussi une nouvelle importante à annoncer. J’ai une récompense à remettre pour services rendus à l’école.

Cette distinction était extrêmement rare. Les derniers à les avoir reçus étaient Harry, Ron et Hermione. Avant, il fallait remonter vingt ans en arrière. De nouveau, des murmures s’élevèrent dans la salle.

─ Ces trois élèves que je veux récompenser mérite entièrement cette récompense.

Harry, Ron et Hermione se sentirent rougir.

─ Ils se sont toujours battus contre Voldemort et ses Mangemorts et ont apporté à l’école tous les ans. Ils ont participé à la destruction de cinq Horcruxes sur les six. Cette année, ils ont découvert le bracelet de Gryffondor, le secret du médaillon, Nagini et ont découvert et détruit à eux seuls la Coupe de Poufsouffle.

Tous les élèves se tournèrent vers Harry, Ron et Hermione qui furent un peu gêné par tant de compliments.

─ C’est pourquoi, continua McGonagall, le ministre a quelque chose à annoncer.

Hermione fronça les sourcils. Harry, Ron et Hermione sentirent leur cœur battrent plus fort.

─ Bonjour, dit le Ministre. Bravo à tous ! Vous avez été fantastique et j’ai l’honneur de remettre une récompense à trois élèves d’entre vous. Mais ce n’est pas n’importe quelle récompense. Et ce ne sont pas n’importe quels élèves. Mr Harry Potter, Miss Hermione Granger et Mr Ronald Weasley, approchez-vous.

Harry, Ron et Hermione se dirigèrent vers la table des professeurs. Ils serrèrent la main au Ministre. Tous les trois tremblaient.

─ J’ai le plaisir de vous remettre l’Ordre de Merlin première classe ! déclara solennel-lement le Ministre.

Des exclamations fusèrent dans la salle. L’Ordre de Merlin première classe était la plus haute distinction dans le monde des sorciers. Harry, Ron et Hermione restèrent bouche bée. Les professeurs McGonagall et Hagrid étaient extrêmement fiers d’eux. Hagrid versa même une larme. Scrimgeour leur remit le collier en or portant l’inscription gravée « Membre de l’Ordre de Merlin, Première Classe ».

 

Une semaine et deux jours plus tard, les élèves de septième année se retrouvèrent à nouveau dans la Grande Salle. Tous les professeurs étaient présents ainsi que Scrimgeour. Cette fois-ci, les parents étaient invités aussi. Arthur et Molly Weasley étaient donc présents ainsi que les parents d’Hermione bien qu’ils fussent moldus. Fred et George étaient venus aussi.

─ J’ai peur, murmura Hermione à Harry et Ron.

─ Mais tu auras tous tes ASPIC ! s’exclama Ron. C’est plutôt à moi d’avoir peur. J’espère vraiment avoir réussi les matières indispensables pour être Auror même si l’on est sûr de le devenir.

─ Déjà, tu as réussi les défense contre les forces du Mal, sourit Harry.

─ Rigole pas Harry, dit Ron, inquiet.

─ Tu vas réussir, lui dit Hermione en lui tenant la main.

─ Silence, je vais annoncer les résultats des ASPIC.

Le professeur McGonagall avait un ton grave mais se arbora rapidement un large sourire.

─ Les résultats sont très bons cette année. Je vais vous appeler un par un et vous remettrez votre attestation signée par le Ministre et moi-même. Suzanne Bonnes…C’est bien.

Suzanne se leva et alla chercher le précieux document. Elle lisait en marchant son document et souriait…

─ Hermione Granger !

Hermione tremblait. Elle se dirigea vers le bureau du professeur McGonagall.

─ Ce sont les meilleurs résultas de l’Ecole. Dumbledore serait très fier, tout comme les Créateurs de L’Ecole. Félicitations.

Le Ministre se leva et parla à l’attention de tous les élèves.

─ Vous avez méritez votre poste d’Auror, ainsi que Mr Harry Potter et Mr Ronald Weasley. De plus, on m’a informé que vous vouliez développer la SALE, n’est-ce pas ?

─ La S.A.L.E., oui, corrigea Hermione.

─ Et bien, vous aurez un bureau au Ministère. Vous vous organiserez comme vous voulez avec Mr Potter et Mr Weasley.

─ Merci beaucoup, Monsieur le Ministre, répondit Hermione, rayonnante.

Hermione regagna sa place à côté de Harry et Ron.

Ron jeta un coup d’œil aux notes d’Hermione. Celle-ci avait en effet les meilleures notes dans chaque matière.

McGonagall continua d’appeler les élèves.

─ Neville Londubat !

Neville était blanc.

─ C’est bien. Vous m’avez surprise cette année, Mr Londubat.

Neville lisait ses notes et semblait ne pas y croire. Il s’assit à côté d’Harry.

─ J’ai la deuxième meilleure note en Botanique derrière Hermione. Je n’ai raté qu’en Métamorphose et en Divination où je n’ai pas la moyenne. Et j’ai onze en défense contre les forces du Mal…Mais je ne peux pas devenir Auror…

─ Harry Potter ! Très bien. Vous avez progressé tout au long de vos années à Poudlard. Je suis fier de vous.

─ Merci, répondit Harry. Merci à vous Monsieur le Ministre pour le poste d’Auror et le bureau pour la S.A.L.E.

Harry montra ses notes à Neville à Ron et Hermione.

─ Waouh ! s’écria Ron. Vingt sur vingt en défense contre les forces du Mal, comme Hermione.

─ J’ai tous mes ASPIC !

─ Et que des bonnes notes, ajouta Hermione, ravie.

─ Sauf en Divination où j’ai juste dix, rigola Harry. Mais c’est déjà exceptionnel !

─ Dean Thomas !

─ C’est bientôt ton tour, Ron, chuchota Hermione, stressée…

─ Ronald Weasley !

McGonagall regarda Ron d’un air sévère. Ron sentit la peur redoubler d’intensité. Hermione tremblait de nouveau et Harry avait plus peur pour Ron que pour lui-même.

─ Bravo Mr Weasley ! Vous aussi, vous avez su mener deux choses à la fois. Je suis contente de vous.

─ Merci, bredouilla Ron. Merci, dit-il en regardant le Ministre.

Ron n’osa pas regarder ses notes avant de s’asseoir.

─ Vite, fais voir tes notes ! lui demanda Hermione.

─ Doucement, je les ai pas encore vues !

─ Tu as quinze en défense contre les forces du Mal, dit Hermione. Quatrième meilleure note ! Bravo !

─ Il n’y a que Divination que tu n’as pas validée, dit Harry. C’est super. Tu as réussi à obtenir plus de la note minimale dans les matières indispensables pour devenir Auror.

Tous les élèves avaient au minimum trois ASPIC, ce qui était bien plus que les années passées. Harry, Ron, Hermione, Neville, Dean et Seamus discutaient à l’entrée du château lorsqu’un cri les interrompit.

─ MES CHERIS ! Félicitations ! Bravo Ron ! Bravo Harry ! Bravo Hermione ! s’exclama Molly.

Elle les embrassa tour à tour.

─ Félicitations, dit Arthur. Je…

─ Alors là, je suis épaté, coupa Fred.

─ Je ne pensai que tu aurais réussi, ajouta George en parlant à Ron.

─ Finalement, on se dit que nous aurions du continuer, dit Fred.

─ Si tu as réussi, nous aussi…Non, je plaisante, tu nous as épaté.

─ Oui. Epaté.

─ Toi aussi Hermione. Impressionnant.

─ Tout comme toi Harry. Vingt en défense contre les forces du Mal. Chapeau !

─ Je vous invite au Terrier pour passer les vacances, intervint Molly à l’intention de Harry et Hermione.

─ Mais oui, tu n’as plus à aller chez les Dursley ? demanda soudain Ron.

─ Non, répondit Harry avec un large sourire.

─ Tu peux passer toutes les vacances chez nous, alors ?

─ Oui, si ça ne vous dérange pas.

─ Tu plaisantes ! s’écria Molly. Tu peux rester avec nous tant que tu veux. Et toi aussi Hermione. Tes parents sont invités aussi.

 

Au moment de monter dans le train, les professeurs saluèrent les élèves. Mais Harry, Ron et Hermione ne pouvaient pas dire au revoir à Hagrid comme aux autres professeurs. Ils allèrent le voir un peu à l’écart sur le quai.

─ Merci, Hagrid, dit Harry qui fut serré dans les bras de Hagrid, triste.

─ Vous allez me manquer tous les trois.

─ Mais nous reviendrons vous voir, dit Ron.

─ C’est ce que les élèves disent toujours, répondit Hagrid, accusateur.

─ Mais nous, on reviendra, dit Hermione. C’est promis. On vous aime, Hagrid.

─ Merci, dit Hagrid, ému. Allez, montez dans le train. Vous allez le rater sinon.

Harry, Ron et Hermione montèrent dans un wagon avec Arthur, Molly et les parents d’Hermione. Ils étaient tristes de quitter Poudlard. C’était le premier endroit où Harry avait connu le bonheur et s’était fait des amis.

─ Je suis triste de quitter Poudlard, dit Harry. Pas vous.

─ Si un peu, répondit Hermione. On n’y a vécu tellement de choses ensembles. Je pense que ça va faire bizarre au début. Mais nous aurons tellement d’autres choses intéressantes à faire l’année prochaine.

─ Oui, nous avons de la chance de devenir Auror, dit Harry avec joie. Et nous avons un bureau rien que pour nous au Ministère pour la S.A.L.E.

─ Mais d’abord, profitons des vacances, dit Ron avec entrain.

─ Dès notre arrivée à Londres, je vais demander si nous pouvons emprunter des livres à la bibliothèque en ce qui concerne le métier d’Auror. On s’avancera pendant les vacances…, dit Hermione qui attendait les réactions de Harry et Ron.

Harry et Ron éclatèrent de rire.

─ …Et aussi des livres qui parlent des associations, poursuivit Hermione avec un large sourire. Cela nous aidera pour développer la S.A.L.E…


Table des matières

     

5

7

9

11

14

16

18

21

23

26

29

33

37

40

44

46

49

52

55

59

62

65

70

74

80

90

 
 

1.  LE TERRIER

2.  PREMIERE REUNION DE L’ORDRE

3.  VACANCES A POUDLARD

4.  RENTREE

5.  PREMIER JOUR D’ECOLE

6.  BOTANIQUE

7.  VISITE CHEZ LA GRAND MERE

8.  ELFES

9.  REUNION DE L’ORDRE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.