Harry Potter 7 (3) fiction 2

9

Réunion de l’Ordre

   
A

 20 heures, Harry, Ron et Hermione se rendirent dans la Salle sur Demande pour la réunion de l’Ordre.

─ Bonjour. Aujourd’hui, nous allons faire le point sur les Horcruxes, commença McGonagall.

─ Professeur, interrompit Harry. J’ai parlé à Dobby hier, et il m’a annoncé que les elfes veulent faire partie de l’A.D.

─ Les elfes ! Comment ont-ils eu cette idée ? Ils sont toujours dans les cuisines.

Hermione rougit et pris la parole.

─ J’ai créé la S.A.L.E. il y a trois ans et je les encourage à prendre des décisions et à réfléchir. Je leur donne des sortes de cours. Mais je ne les ai pas incité à intégrer l’A.D. Je suis même totalement contre. Ils ne sont pas des cobayes, ni des esclaves !

─ Moi je pense qu’il pourrait nous aider, dit Ron.

─ Vous avez raison Weasley, approuva McGonagall. Ils sont nombreux et connaissent la magie.

─ Mais ils ne se sont jamais battus, ils sont vulnérables et innocents.

─ Si Hermione leur a bien expliqué la situation avec Voldemort, les elfes ont le droit de choisir. Ils ne sont pas bêtes, intervint Arthur Weasley.

─ En effet, et ils ne sont pas novices en matière de magie, ajouta Lupin. Mais c’est délicat de leur demander de nous aider alors qu’ils n’avaient aucun droit jusqu’à maintenant. Il faudra que les choses changent ensuite. Le Ministère devra officialiser la S.A.L.E.

─ D’accord, mais nous verrons ça plus tard, dit Maugrey. Laissons les elfes choisir. Tout le monde est d’accord ?

Tout le monde acquiesça.

─ Puisque nous sommes d’accord, passons au sujet des Horcruxes à moins qu’il n’y ait d’autres questions, dit Maugrey.

─ J’ai une idée à vous proposer, dit timidement Hermione.

─ Encore, Miss Granger. Très bien. Allez-y.

─ Je pense que Bill pourrait convaincre les loups-garous de se joindre à nous.

─ Oui, c’est possible, dit Lupin. Vous demanderez à Bill, Arthur ?

─ Je lui en parlerai dès ce soir mais je pense qu’il sera ravi de participer activement aux l’actions de l’Ordre. Il veut se venger de Greyback.

─ Parfait. Alors je pense que nous avons fait le tour des différents problèmes, dit McGonagall. D’autres questions ?...Non ?...Alors faisons le point sur les Horcruxes et voyons comment s’organiser.

─ Nous venons de détruire un Horcruxe et il y en avait six au départ, dit Arthur.

─ Dumbledore en a détruit un en début d’année dernière, dit Harry. Il a détruit la bague de Salazar Serpentard.

─ Et Harry a détruit le Journal de Jédusort lors de la deuxième année, compléta Hermione.

─ Il en reste donc trois, dit Ron.

─ D’après Dumbledore, Nagini et la Coupe d’Elga Poufsouffle pourraient être des Horcruxes, continua Harry.

─ Je pense que le meilleur moyen d’affronter Nagini est de trouver un Animagus qui se transforme en serpent pour essayer de l’amadouer et pour s’approcher suffisamment près. Qu’en pensez-vous ?

─ C’est dangereux, dit Maugrey mais c’est vrai que ce serait beaucoup plus facile d’approcher le serpent de cette façon car Voldemort n’est jamais très loin de Nagini. Le plus difficile est de trouver un Animagus dont l’animal est un serpent. Enfin, Nous verrons cela plus tard, l’idée est bonne. Continuons.

─ Le dernier Horcruxe est le médaillon que Harry et Dumbledore ont rapporté en juin, dit Lupin.

─ Oui, mais quelqu’un l’a volé, répondit Ron.

─ Harry, peux-tu nous relire ce qu’il y avait écrit sur le papier que tu as trouvé sur Dumbledore, s’il te plaît, demanda Arthur.

Harry alla chercher le morceau de papier qui était rangé dans sa valise et leur lu le message :

 Au Seigneur des Ténèbres,Je sais que je ne serai plus de ce mondeBien avant que vous ne lisiez ceciMais je veux que vous sachiez que c’est moiQui est découvert votre secret.J’ai volé le véritable HorcruxeEt j’ai l’intention de le détruire dès que je le pourrai.J’affronte la mort dans l’espoirQue lorsque vous rencontrerez un adversaire à votre taille,Vous serez redevenu mortel. R.A.B. 

Un long silence suivit le message. Harry prononça enfin :

─ Je n’ai pas compris grand-chose. Mais apparemment, celui qui a volé l’Horcruxe est dans notre camp, à moins qu’il ne veuille nous mettre sur une fausse piste.

─ De quel secret parle-t-il ? demanda Ron.

─ Personne ne sait apparemment Monsieur Weasley, dit McGonagall.

Elle interrogea du regard les autres membres de la réunion. Ni Arthur, ni Lupin, ni Mondingus, ni les autres n’avaient d’idée.

─ Pas d’idée Miss Granger ? demanda le professeur McGonagall avec espoir.

─ Euh … non, dit simplement Hermione en jetant un regard à Harry et à Ron.

─ Nous devons nous organiser, dit Maugrey d’une voix ferme. Mais tout d’abord, je vais prévenir les membres de l’A.D. que leur entraînement est annulé aujourd’hui. On n’aura pas fini avant 22 h.

A l’aide de sa baguette, il inscrivit quelques mots sur la petite pièce de monnaie dorée fabriquée par Hermione. Mais tout de suite après, il reçut une réponse disant que l’A.D. voulait bien repousser leur entraînement à 22 h.

─ Très bien ! Pourtant, ils devraient être fatigués à cause des sélections de Quidditch de ce matin. Ils sont vraiment motivés

─ Il faudra leur demander s’ils connaissent des sorciers dans leur famille qui ont la faculté de se transformer en serpent. Mais c’est très rare. On devra peut-être penser à un autre plan.

─ Il faut se partager les tâches, dit Lupin. Hermione, est-ce que tu veux bien t’occuper de l’énigme concernant le médaillon ?

─ Oui, ça m’intéresse beaucoup, répondit Hermione ravie.

─ Je m’en occuperai avec toi, continua Lupin.

─ Je pense qu’il sera utile de former Harry à devenir un bon occlumens pour connaître leur repère et leur projet, déclara Maugrey d’un ton grave. Si tu acceptes, Harry, tu devras te forcer à ouvrir ton esprit pour faire de nouveaux des cauchemars.

─ Je suis prêt, professeur, dit précipitamment Harry. Je ferai tout ce qu’il faudra pour arrêter Voldemort et Rogue.

─ Mondingus et Minerva vont chercher un Animagus, poursuivit Lupin, ce qui ne sera pas facile, et il faudra ensuite l’entraîner.

─ Et moi ! s’indigna Ron. Et les membres de l’A.D. ! On va faire quoi ?

─ Vous pouvez aider Hermione et chercher la Coupe de Poufsouffle, dit Lupin qui ne réfléchit pas vraiment à la question.

Quelqu’un frappa à la porte.

─ Nom d’une chouette, il est déjà 22 h, s’exclama Arthur. Il est l’heure de la réunion de l’A.D.

─ Il n’y a plus de questions ? demanda Maugrey. Tout le monde sait ce qu’il doit faire ? Parfait, alors à tout de suite pour l’entraînement pour ceux qui restent.

─ Bonjour. Entrez, dit Lupin aux membres de l’A.D. Oh !...Vous êtes venus ! Très bien. L’Ordre a décidé que le choix vous appartenait, donc votre aide sera la bienvenue.

Les elfes de maison entrèrent dans la pièce. Ils avaient l’air heureux.

─ Mais il faudra faire des roulements. On ne peut pas être trop à la fois, dit Maugrey.

Avant que l’entraînement ne commence, Maugrey, Lupin et McGonagall résumèrent la réunion qu’ils venaient de terminer.

─ Est-ce que, par chance, quelqu’un connaît dans sa famille un Animagus qui métamorphose en serpent ?

Tout le monde fit non de la tête, ce qui ne surpris pas le professeur McGonagall. Mais soudain, une petite voix interrompit le silence.

─ Moi, je suis un Animagus non déclaré, dit Luna d’un ton indifférent.

Les professeurs semblaient ahuris, ainsi que les autres élèves.

─ Quoi ! Vous êtes un Animagus ! Et non déclaré en plus ! s’exclama McGonagall, indignée. Pourquoi ne l’avez-vous pas signalé ? C’est interdit.

─ Mes parents voulaient que j’attende d’avoir 17 ans, dit Luna qui ne semblait pas du tout gênée par la situation.

─ Ce n’est pas grave, intervint Maugrey. Si Luna est un Animagus, tant mieux. Luna, êtes-vous d’accord pour participer à cette mission ?

─ Bien sûr, je serai ravie, dit Luna qui ne semblait pas se rendre compte du danger.

─ Bon, allez, on commence l’entraînement, dit Maugrey. Nous reparlerons du plan lors d’une réunion de l’Ordre. Nous sommes déjà en retard pour l’entraînement.

Dobby alla se placer à côté d’Harry et l’entraînement se déroula dans la bonne humeur avec une vingtaine d’elfes.

─ Luna est une Animagus ! chuchota Hermione à Harry et Ron. J’arrive pas à croire qu’elle ait caché ça.

─ Moi je ne suis pas étonné, dit Ron. Elle est vraiment bizarre cette fille. Vous avez vu la façon dont elle a dit ça. Pour elle, on croirait qu’il n’y avait rien de plus normal.

─ C’est vrai, dit Harry. Plus rien ne m’étonne chez Luna.

Mais tout le monde l’aimait beaucoup malgré son étrange caractère. Après cette journée harassante, ils allèrent tous se coucher sans traîner dans la salle commune, sauf Hermione qui partit avec Dobby dans les cuisines, légèrement avant la fin de la réunion.

10

Match d’ouverture

   
T

rois semaines s’écoulèrent et on approchait du match d’ouverture contre Serpentard. Il régnait une tension moins forte que les années précédentes du fait que Serpentard était allégé de ses Mangemorts potentiels. Cette année, l’équipe de la maison Gryffondor était donnée grande favorite grâce à son expérience. Un seul joueur était nouveau, mais quel joueur. En effet, Joe Londubat avait impressionné toute l’équipe lors des entraînements.

─ C’est la première fois que je me sens bien le matin d’un jour de match, déclara Ron.

─ C’est sûrement parce que vous êtes la meilleure équipe de Quidditch depuis au moins cinquante ans, dit Hermione. Même McGonagall est impressionnée.

─ C’est vrai que nos entraînements ont été super, dit Harry. Mais attention à Serpentard quand même. Eux aussi ont une bonne équipe qui a des joueurs qui jouent ensembles depuis longtemps.

Au moment d’entrer sur le terrain, Harry avait un étrange sentiment. Tout s’était très bien passé, l’ambiance était excellente, les entraînements étaient parfaits, il n’y avait pas de blessés mais tout cela n’était-il pas trop parfait ? Peut-être que Ron allait perdre tous ses moyens une fois sur le terrain. Ou Joe allait peut-être être impressionné ; il n’avait jamais joué de match officiel.

Le premier match de l’année va commencer, cria Luna Lovegood, élève de Serdaigle, qui commentait le match. L’équipe de Gryffondor va-t-elle conserver son trophée ? On rappelle que depuis six ans Serpentard n’a plus battu Gryffondor. Espérons que cette année se passe comme les autres !

Des huées venant de la tribune des Serpentards s’élevèrent. Il est vrai que Luna Lovegood avait parfois des commentaires un peu subjectifs mais tout le monde s’y était à peu près fait.

On attend plus que le coup de sifflet de Madame Bibinne…ET C’EST PARTI.

En l’espace de seulement cinq minutes, Gryffondor fût mené de cinquante points à zéro. Harry essaya de remotiver son équipe mais Serpentard continuait d’augmenter son avance bien que l’on vit parfois des phases de jeu de très haut niveau de la part de Gryffondor. Mais c’était trop irrégulier. Harry savait qu’il devait attraper le vif d’or avant que l’écart ne dépasse 150 points. Son adversaire était un débutant puisque Drago Malefoy n’était plus à l’école. Harry n’eut donc pas trop de mal pour saisir le vif d’or. Les vingt dernières minutes avaient été à l’avantage de Gryffondor qui avait remonté soixante points. Mais l’écart était encore important et Harry voulait terminer le match le plus vite possible.

─ Bravo Harry ! Tu nous a sauvé, lui cria Ron, peu fier.

Toute l’équipe de Gryffondor sauta sur Harry et le porta en héros jusqu’à l’école. Hermione qui était descendue des tribunes se mêla à la fête. La soirée dans la salle commune de Gryffondor fût longue et très joyeuse. Hermione s’éclipsa à 23 heures. A son retour, Ron essaya de lui faire dire se qu’elle faisait dans les cuisines mais Hermione continua de garder son secret. Avant d’aller se coucher, Harry annonça qu’il y aurait un entraînement spécial le lendemain. Les joueurs ne répliquèrent pas car ils savaient qu’ils n’avaient pas été à la hauteur. Au beau milieu de la nuit, Harry entendit un bruit suspect. Quelqu’un essayait de ne pas faire de bruit.

Lumos, prononça Harry.

Il vit Ron, debout et pieds nus. Il semblait très contrarié qu’Harry le surprenne.

─ Où vas-tu ? lui demanda Harry.

─ Euh, je n’arrivais pas à dormir, et heu … je vais prendre un peu l’air, hésita Ron.

─ Non, je ne crois pas, dit Harry soupçonneux. Allez dis-moi où tu vas. De toute façon, je le saurai en regardant la carte du Maraudeur.

─ Bon, d’accord, admit Ron vaincu. Je voulais jeter un coup d’œil dans les cuisines. J’en peux plus de ne pas savoir ce qu’Hermione y mijote.

─ Tu ne peux pas faire ça Ron. On lui a promis de ne pas chercher à savoir.

─ Oui, je sais, répondit Ron un peu gêné. Mais tu ne lui diras pas, hein ?

─ D’accord mais à une seule condition. C’est que tu ne me parles pas de ce que tu auras vu dans les cuisines.

─ OK, ça marche.

Ron descendit silencieusement du dortoir. Mais cinq minutes seulement après il revint l’air boudeur.

─ Qu’est ce que tu as ? lui demanda Harry.

─ Je me suis fait jeté, marmonna Ron. Je suis entré dans les cuisines et un elfe est venu voir ce que je voulais. Mais quand je lui ai dit que je voulais voir ce qu’Hermione faisait, il m’a répondu que « pour entrer dans la salle de Miss Hermione Granger, vous devez dire le mot de passe ou sortir ». Tu te rends compte ? Hermione a une salle rien que pour elle ! Et elle a des gardes personnels pour « sa salle ».

Ron n’en revenait pas.

─ Je vais monter la voir maintenant !

─ Non, ça ne sert rien. Tu te souviens, il y a un sort sur les escaliers qui empêche les garçons de monter dans le dortoir des filles. Et puis il vaut mieux qu’elle ne sache pas que tu as essayé de trahir ta promesse, dit Harry d’un ton de reproche.

Ron, vaincu se recoucha.

 

Le lendemain, avant qu’Harry ne rejoigne les autres joueurs de Quidditch, Hermione l’intercepta. Ron était déjà sur le terrain.

─ Harry, j’ai un service à te demander, commença Hermione plutôt gênée.

─ Bien sûr, mais qu’est ce qu’il y a ?

─ J’ai besoin de ta cape d’invisibilité.

Harry l’a regarda avec des yeux ronds.

─ Pourquoi ?

─ C’est pour l’énigme du médaillon. Mais je ne peux pas t’en dire plus. Si je réussis, je vous raconterai tout mais c’est peut-être une fausse piste.

─ Harry hésitait.

─ S’il te plaît Harry, s’impatienta Hermione. Ne m’en demande pas plus.

─ C’est d’accord, mais ne la perd surtout pas. Elle est rangée dans ma valise sous mon lit.

─ Oh merci beaucoup, dit Hermione. N’en parle pas à Ron s’il te plaît sinon il va m’assaillir de questions.

─ OK, dit Harry en souriant. Mais un jour, il faudra que tu songes à tout nous raconter !

─ C’est promis. A tout à l’heure.

Hermione repris la direction du château.

─ Salut tout le monde, lança gaiement Harry qui arrivait sur le terrain alors que le reste de l’équipe était déjà présent.

Toute l’équipe était légèrement anxieuse et attendait ce qu’Harry allait leur dire.

─ Bon, nous avons gagné, c’est le principal, commença Harry, mais vous vous rendez compte que nous n’avons pas été bon.

─ On n’a pas réussi à jouer comme aux entraînements, dit Ginny.

─ Peut-être qu’on ne sait pas assez entraîné, proposa Joe qui avait été moyen durant le match.

─ Si, dit Harry, nous étions prêts mais on a cru que ça allait être facile. Contre Voldemort, nous n’aurons pas le droit de nous tromper. On n’était pas assez agressif et on jouait donc trop lentement en les laissant jouer. Toi, Joe, c’était ton premier match et tu t’en es assez bien tiré. La prochaine fois, çà ira beaucoup mieux, tu verras.

─ Moi j’ai été mauvais, soupira Ron.

─ Mais non, pas du tout, le rassura Harry. Tu t’es pris beaucoup de buts mais tu en as arrêté énormément. C’était bien.

─ C’est vrai, dit Jimmy Peakes. C’est les poursuiveurs et moi qui avons été mauvais.

─ Pas complètement mauvais, dit Harry. Nous avons aussi très bien joué par moments. Il suffit d’être tout le temps concentré et d’attaquer très fort. Allez, maintenant on va s’entraîner sans rien changer à d’habitude.


11

L’embuscade

   
C

haque soir jusqu’à Noël, Harry s’entraînait à l’occlumentie avec Maugrey quand il avait du temps libre. Hermione travaillait beaucoup à la bibliothèque pour chercher des renseignements sur l’énigme du médaillon comme ils avaient pris l’habitude de l’appeler. Ron essayait de l’aider de temps à autre mais n’avait pas la patience d’Hermione pour chercher dans tous les livres de la bibliothèque. Deux jours avant les vacances de Noël que Harry et Hermione étaient invités à passer au Terrier, Harry fit un rêve étrange.

─ Voldemort parlait à Nagini et à des Mangemorts, expliqua Harry, excité, à Ron et Hermione le lendemain au petit déjeuner.

─ Tu en as reconnu ? demanda Hermione.

─ Il y avait Drago Malefoy, et Voldemort se fâchait avec lui.

─ Drago se disputait avec Voldemort ! s’étonna Ron.

─ Oui, enfin, c’est plutôt Voldemort qui parlait et Malefoy qui écoutait. Mais ce n’est pas ça l’important. Ce qui est important, c’est que Voldemort a donné rendez-vous à Nagini et à Greyback ce soir dans la Forêt Interdite, près de l’endroit où Hagrid cachait Graup.  Ils projettent de faire évader des prisonniers d’Azkaban.

─ Hein ! Ils vont dans la Forêt Interdite ! s’exclama Ron.

─ Et ils veulent préparer une évasion ! ajouta Hermione, très inquiète. Il faut tout de suite prévenir l’Ordre. Dès ce matin.

Hermione se chargea de prévenir l’Ordre grâce aux petites pièces de monnaie en argent. Elle écrivit seulement « Réunion urgente à 9 h ».

─ Mais Hermione, nous avons cours de botanique et de Métamorphose ce matin. Tu ne vas quand même pas rater des cours ! plaisanta Ron.

─ Il y a plus important qu’un cours de botanique, répliqua Hermione d’un ton sérieux.

A neuf heures précises, la réunion commença. Tout le monde s’était déplacé, même Fred et George qui devaient pourtant s’occuper de leur magasin de farces et attrapes.

─ Que se passe-t-il ? demanda McGonagall, d’un ton anxieux. C’est vous Miss Granger qui avez donner rendez-vous ?

─ Oui, car Harry a quelque chose d’important à nous dire, répondit Hermione.

Harry raconta ce qu’il avait vu dans son rêve et tout le monde se mit à parler en même temps. Les rêves que faisait Harry n’étaient jamais dus à son imagination. Ils représentaient souvent la réalité sauf si Voldemort jouait avec son esprit comme il l’a déjà fait. Il fallait prendre ce « rêve » très au sérieux. Une évasion des prisonniers serait une catastrophe car ceux-ci rejoindraient aussitôt Voldemort.

─ Alors il faut tuer Nagini ce soir, déclara gravement Maugrey. C’est lui qui a pour mission de rentrer dans la prison. Nous devons donc le détruire avant. Et puis c’est un Horcruxe, nous n’avons pas d’autre choix que de le détruire. Nous avons une occasion unique d’en terminer.

─ C’est vrai, intervint Lupin. Nagini attendra Voldemort ce soir dans la forêt, il sera seul pendant un moment. Nous avons une oppor…

─ Aaaaahhhhh ! cria Ron, qui recula violemment sa chaise…Oh, pardon. J’ai vu une grosse araignée… juste à côté de mon pied …et… Enfin, excusez-moi.

Ron et Hermione riaient car ils savaient à quel point Ron détestait les araignées.

Lupin, qui souriait aussi – il savait que ce dont Ron avait le plus peur était les araignées – poursuivit sa phrase.

─ Je disais donc que nous avons une opportunité qui ne se présentera peut-être plus.

─ D’accord, dit McGonagall. Il faut tout de suite trouver Luna et mettre un plan d’attaque au point.

La réunion se poursuivit jusqu’à midi. Harry, Ron et Hermione retournèrent en cours l’après-midi mais Luna continua de s’entraîner à jeter des sorts pour tuer Nagini. La réunion de l’A.D. fut annulée. Vers 20 heures, Maugrey, Lupin, Slughorn, Harry, Ron et Hermione accompagnèrent Luna à la forêt. Ils devaient rester en arrière au cas où les choses tourneraient mal.

─ Luna, métamorphose-toi et attends à l’endroit qu’Harry nous a décrit, dit Maugrey. Nous resteront cachés prêts à intervenir. Mais ne t’inquiète pas, poursuivit Maugrey qui jeta un regard à Hermione. Nagini doit attendre Greyback et Voldemort. Il sera tout seul.

─ Je pense qu’on aurait dû être plus à y aller, dit Hermione qui avait déjà fait part de son inquiétude lors de la réunion du matin.

─ Il faut mener une opération discrète, dit Lupin.

Luna, métamorphosée partit devant. Les autres suivaient à une centaine de mètre, derrière. Ils avaient parcouru environ 500 mètres et étaient tout proches de leur destination lorsque soudain ils entendirent du bruit autour d’eux.

─ Stop, ordonna Maugrey qui sortit sa baguette. Harry vit Lupin l’imiter.

─ Expelliarmus ! retentit derrière eux. La baguette de Ron vola dans les airs.

Une dizaine de Mangemorts se trouvaient derrière eux. Ils étaient plus nombreux. Le combat fit rage quelques instants et des sorts étaient jetés dans tous les sens. Tout à coup, ce fut la nuit noire dans la forêt.

─ Vite, on rentre, cria Maugrey.

On entendit des « Lumos » retentirent mais l’obscurité était toujours aussi épaisse. Puis, on entendit des coups violents et des cris. Harry, Ron et Hermione rejoignirent Maugrey et Lupin qui les attendaient là où le jour commençait à réapparaître. Slughorn arriva peu de temps après.

─ Que s’est il passé ? demanda Ron.

─ J’ai lancé de la poudre d’obscurité, dit Hermione.

─ C’était toi. Bravo ! s’exclama Maugrey.

─ Bravo et merci, continua Lupin. Nous étions en mauvaise posture. Dix contre six, nous étions perdus. Mais je ne sais pas ce qui s’est passé ensuite. Quelqu’un a attaqué les Mangemorts.

Lupin se retourna vers la forêt.

─ Tiens, voilà Luna qui revient. Elle n’a pas l’air blessée.

─ Mais comment se fait il que tu avais cette poudre sur toi ? demanda Slughorn. Cette poudre est assez rare.

─ J’en ai eu grâce à Fred et George au début des vacances d’été. C’était un cadeau. On va pouvoir les remercier.

─ C’est nous qui devons te remercier, dit Harry.

─ J’avais bien dit que j’avais un mauvais pressentiment, dit Hermione en regardant Maugrey.

─ Oui c’est vrai que je me suis trompé, admit Maugrey.─ Moi aussi, j’ai eu tord, dit Lupin. Maintenant il faut trouver un autre plan. Finalement, Nagini était protégé. Mais je pense qu’ils n’oseront pas attaquer Azkaban maintenant qu’ils savent que nous étions au courant.

─ Oh ! Ron ! Ta baguette ! s’exclama Hermione.

─ Elle s’est cassée sous le choc de l’« expelliarmus », répondit Ron, abattu.

─ Tu devras retourner au Chemin de Traverse pendant les vacances, lui dit Lupin.

─ Parfait, dit Hermione. On pourra en profiter pour rendre visite à Fred et George dans leur magasin, et les remercier.

─ Demain, nous ferons une dernière réunion avant les vacances, dit Maugrey. Hermione, tu te charges de prévenir tout le monde ?

─ C’est comme si c’était fait ! répondit Hermione.

Lupin, Maugrey et Slughorn laissèrent Harry, Ron et Hermione aux abords du château. Alors qu’ils s’apprêtaient à entrer, ils entendirent le bruit d’un centaure au galop derrière eux.

─ Firenze ! s’exclama Harry.

─ Bonjour Harry Potter, dit de sa voix calme le centaure. Hermione Granger, Ronald Weasley, je vous salue.

─ Bonjour, répondirent ceux-ci, toujours intimidés devant ces créatures.

─ J’ai vu ce qu’il s’est passé dans la forêt. J’étais présent avec deux de mes semblables.

─ C’est vous qui vous êtes battus contre les Mangemorts ! s’exclama Hermione.

─ Oui, c’étaient nous. Lorsque tu as jeté la poudre, j’ai compris que c’était le moment de vous aider.

─ Merci beaucoup, répondirent en cœur Harry, Ron et Hermione.

─ C’est la deuxième fois que vous me sauvez la vie, dit Harry. Merci.

─ Il n’y a pas de quoi, répondit Firenze. Je dois vous quitter maintenant. Mais appelez-moi si vous avez besoin d’aide. J’aimerai vous aider dans votre lutte. D’ailleurs je ne suis plus seul dans la forêt. Bane a moins d’autorité sur les autres centaures.

─ D’accord, dit Harry, nous en parlerons à nos professeurs. Mais vous nous avez déjà bien aidés.

─ A bientôt, j’espère, dit Firenze en saluant tout le monde.

─ Une alliance avec les centaures, ce serait génial, non ? s’exclama Ron.

─ Plus on est nombreux contre Voldemort, mieux c’est, approuva Hermione. Qu’en penses-tu Harry ?

─ Il faut voir ce qu’en pense l’Ordre. Nous verrons demain soir.

Harry, Ron et Hermione allèrent ensembles se reposer dans la salle commune.

─ Au moins, nous pouvons être sûr que Nagini est un Horcruxe quand on voit à quel point il est protégé  lorsqu’il sort de sa cachette, dit Hermione.

─ Oui, mais maintenant Voldemort sait que nous avons tenté quelque chose, déclara Harry d’un ton déçu. Il sera encore plus sur ses gardes.

─ On va devoir trouver un nouveau plan pour tuer Nagini, dit Ron.

─ Oui, nous verrons ce qu’en pense l’Ordre demain lors de la dernière réunion avant les vacances, dit Hermione.

─ Ah ! Les vacances, s’enthousiasma Ron. On va enfin pouvoir se reposer et oublier un peu toutes ces réunions. Ça me fatigue moi.

Ces réunions sont importantes Ron, s’indigna Hermione. Bon, je vais dans les cuisines et je vais me coucher. Bonne nuit.

─ Bonne nuit, répondirent Harry et Ron.

  

Le lendemain, la réunion de l’A.D. et celle de l’Ordre se déroulèrent en même temps pour que les élèves soient en vacances plus tôt et puissent rentrer chez eux.

─ Bonjour, dit le professeur Maugrey d’un ton bourru lorsque tout le monde fût installé.

Tout le monde était présent, même Molly Weasley, qui n’était pas venue très souvent car Arthur lui racontait tout le soir. Maugrey raconta ce qui s’était exactement passé la veille.

─ Je pensais que cette réunion devait nous permettre de prévoir un plan pour détruire le prochain Horcruxe mais finalement, nous en sommes au même point. Mais je pense que nous reparlerons du prochain plan après les vacances de Noël et nous…

Il s’interrompit, voyant Hermione donner des coups de coude à Harry.

─ Il faut en parler aujourd’hui, chuchota Hermione. Vas-y, tu connais Firenze mieux que nous.

─ Un problème ? demanda Maugrey.

Hermione regarda Harry qui expliqua la rencontre avec Firenze, puis exposa les intentions de celui-ci.

─ Ils voudraient se battre avec nous. Firenze pourrait convaincre d’autres centaures, conclut Harry.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site