Harry Potter 7 (6) fiction 2

18

La chance qui tourne

   
C

e soir là, Harry, Ron et Hermione travaillaient dans leur salle commune lorsque fidèlement à son habitude, Hermione se leva pour descendre aux cuisines à vingt-trois heures.

─ Hermione, quand nous diras-tu ce que tu fabriques dans les cuisines, demanda Ron d’une voix peu enthousiaste.

─ Peut-être demain.

Harry et Ron ne s’attendaient pas à une réponse positive.

─ Tu as fini ! s’exclama Harry avec un sourire.

─ Enfin ! soupira Ron souriant.

─ Si cela fonctionne, vous vous en rendrez compte.

 

Cela faisait sept mois que Ron attendait ce jour. Harry remarqua que cette nuit, Ron eut du mal à s’endormir. Au petit déjeuner, Harry et Ron ne virent pas Hermione. Celle-ci arriva dix minutes en retard pour le cours de Défense Contre les Forces du Mal mais elle trouva les autres élèves dans le couloir.

─ Maugrey est en retard ? demanda Hermione, heureuse de ne pas être arrivée en retard.

─ Apparemment oui, répondit Harry.

─ Ce serait génial s’il ne venait pas ce matin. J’espère qu’il s’est trompé de flacon en prenant son petit-déjeuner.

─ Oh Ron, s’indigna Hermione. Ne dis pas ça. Maugrey est un bon professeur et nous avons besoin de lui à l’Ordre et…Ah, le voilà.

─ Bonjour, dit Maugrey de sa voix dure. Aujourd’hui, nous allons utiliser la potion illucinum, potion que vous avez étudiée en cours avec le professeur Slughorn. Mais d’abord, nous allons nous entraîner à combattre les sorts informulés. Ceux qui ont le don d’occlumentie seront avantagés pour anticiper, sinon il faut faire preuve de beaucoup de concentration et lancer des contre sorts au moins aussi puissants. Placez-vous deux par deux et lancez-vous des sorts informulés non dangereux !

Harry et Ron s’étaient mis ensembles. Hermione allait vers Neville mais Maugrey préféra que celui-ci s’entraîne avec Seamus Finnigan.

─ Vous allez vous entraîner avec moi, Miss Granger.

Hermione était ravie de s’entraîner avec un professeur.

─ Je ne vais pas complètement fermer mon esprit pour que vous puissiez avoir une chance de lire dans mes pensées.

Maugrey lança un sort informulé (Lumos) – on vit des étincelles rouges jaillirent du bout de sa baguette – mais Hermione anticipa et tendit sa baguette qui elle aussi s’illumina. Elle se concentrait sur l’incantation nox.

─ Bravo, Miss Granger, dit Maugrey. Je vais compliquer un peu les choses alors.

Mais Hermione réussit une nouvelle fois à anéantir le sort lancé par Maugrey, et les sorts qui suivirent n’eurent pas plus de succès.

─ Ce n’est plus de l’anticipation, Miss Granger, c’est de la chance phénoménale. Même Rogue ne pouvait pas lire dans mes pensées ! Vous aussi Mr Potter, c’est très bien.

─ Comment as-tu fais, demanda Harry en sortant du cours. Maugrey fait partie des meilleurs occlumens au monde. C’est grâce à ses cours d’occlumentie que j’ai stoppé tous les sorts de Ron.

─ Mais moi, je ne sais pas fermé mon esprit comme Maugrey, intervint Ron.

Hermione se contenta de sourire.

─ J’ai eu de la chance, c’est tout, répondit-elle joyeuse. Vivement le cours de Potions de cet après-midi.

Les élèves devaient préparer une potion en trois heures. Hermione, comme d’habitude, fut la plus rapide à préparer son matériel. Mais au bout d’une heure, elle se mit à saigner du nez. Par malheur, un peu de sang était tombé dans sa potion, ce qui l’obligea à recommencer. Une heure plus tard, quelque chose l’intrigua.

─ Harry, regarde. La potion devrait être bleue et moi elle est verte.

─ Tu as dû faire un erreur quelque part, dit Harry.

─ Quoi ! Ça m’étonnerait ! Cette potion n’est pas très difficile ! Laisse-moi regarder ton livre s’il te plaît…Oh ! Monsieur ! Il y a une erreur dans l’énoncé de mon livre !

─ C’est impossible, répliqua le professeur Slughorn qui jeta un coup d’oeil au livre…Mais, vous avez raison. Ça alors ! C’est inexplicable. Vous n’avez vraiment pas de chance aujourd’hui, Miss Granger.

Harry jeta alors un regard soupçonneux à Hermione, ce qui la fit rougir.

Le soir, au dîner, Ron posa la question qui le brûlait depuis son réveil.

─ Nous avons été patient, Harry et moi, non ?

─ Oui, c’est vrai. Mais ça n’a pas marché jusqu’au bout, dit tristement Hermione. Il me faut un peu de temps pour la finaliser.

─ Finaliser quoi ? s’impatienta Ron.

─ La potion, dit Harry. Oui, elle a fonctionné le matin, puis l’après-midi, ce fut l’effet inverse.

─ Mais un seul ingrédient en plus, et cela sera parfait.

─ Heureusement qu’elle faisait moins effet à la fin du cours de Potions, sinon Slughorn aurait mis une note.

─ Vous allez me dire de quoi vous parlez, oui ou non ? s’énerva Ron.

─ Bon, d’accord, dit Hermione. Depuis la rentrée, je prépare une potion de chance. Félix Félicis. Cette potion est extrêmement compliquée et j’ai fait une petite erreur de dosage. Heureusement, je n’ai pas à recommencer depuis le depuis, mais il faudra un mois pour que la potion soit parfaite. Mais ce matin, elle a très bien fonctionné comme vous avez pût vous en rendre compte.

─ Mais pourquoi tu ne voulais pas nous en parler ?

Hermione rougit.

─ C’était dans le cas où la potion n’aurait pas fonctionné. Je ne vous en aurai pas parlé s’il n’y avait eu aucun effet.

Ron leva les yeux au ciel.

─ On ne t’en aurait pas voulu, dit Ron gentiment. On aurait même pût t’aider. Bon, c’est vrai, je ne suis pas très doué  en Potions, mais…

─ Au fait, combien en as-tu préparée ? demanda soudain Harry.

─ Beaucoup, répondit Hermione. Il y en a assez pour tout l’A.D. et tout l’Ordre. Chaque semaine, je commençais une nouvelle potion, donc on peut être approvisionné régulièrement. Je sais que c’est une potion dangereuse si on en consomme trop. Mais on pourra l’utiliser contre Voldemort.

Harry et Ron affichaient à présent un large sourire.

─ C’est merveilleux, s’exclama Harry. Avec ça, on ne peut pas être vaincu.

─ Attention, prévint Hermione. La potion a ses limites si un sort extrêmement puissant est lancé, ce qui est le cas des sorts de Voldemort et de Rogue. Nous ne serons pas invincibles. Mais en effet, je pense que les Mangemorts auront vraiment du mal contre nous lorsque nous boirons cette potion.

   


 

19

La pensée de Malefoy

  
P

our ce premier jour des vacances de Pâques, le château était bien moins désert que d’habitude. Harry, Ron et Hermione avaient décidé de rester au château pour faire la quantité monumentale de devoirs que leur avaient donnés les professeurs. Les ASPIC approchaient et tous les élèves commençaient à y penser sérieusement. Des élèves étaient donc restés uniquement pour travailler. Il y avait aussi presque tous les membres de l’A.D. qui voulaient continuer leur entraînement. Maugrey et Lupin étaient très satisfaits de leurs progrès à tous. A présent, ils étaient tous, même Neville, en mesure de se battre contre les Mangemorts. Bien sûr les quelques deuxièmes années et Joe Londubas avaient plus de mal mais ils étaient tous très motivés et s’entraînaient dur. Les elfes, eux, étaient capables de lancer des sorts étonnamment puissants, ce qui surprit un peu Maugrey. Harry, Ron et Hermione n’avaient pas le temps de s’ennuyer, sans compter le dernier match de Quidditch qui attendait Harry et Ron. L’équipe au complet était restée à l’école et s’entraînait tous les deux jours. Ron avait réussit l’exploit de sortir Hermione de la bibliothèque à deux reprises pour la faire jouer un peu au Quidditch. Toute l’équipe fut surprise de voir Hermione si bien jouer, à part Harry, Ron et Ginny qui l’avaient déjà vu jouer au Terrier.

Ce soir là, Harry, Ron et Hermione se reposaient dans la salle commune lorsque le professeur McGonagall arriva, l’air anxieuse, un journal à la main.

─ Tenez, lisez ceci, leur dit-elle, d’une voix qu’elle s’efforçait de rendre calme.

Harry, Ron et Hermione s’empressèrent de lire la page de la Gazette du sorcier que leur tendit McGonagall.

─ Oh ! s’exclama Hermione. Lucius Malefoy a été tué dans sa cellule à Azkaban. « Seule un sorcier maîtrisant très bien la magie noire à pu échapper aux Détraqueurs. Depuis quelques jours, Lucius Malefoy était sur le point de perdre la tête et semblait sur le point de faire des aveux. Il voulait convoquer le Magenmagot pour avouer ses crimes et dénoncer des Mangemorts… »

─ Voldemort l’a tué, dit Harry.

─ Probablement, répondit le professeur McGonagall. Lucius a toujours été un lâche et il aurait trahi son maître.

─ Bien fait pour lui, déclara Ron en lisant le journal.

McGonagall fronça les sourcils.

─ Il aurait pût nous être utile, dit-elle d’un ton de reproche.

Elle quitta la salle commune laissant Harry, Ron et Hermione à leurs interrogations.

─ Je pense que c’est une bonne chose, répéta Ron.

─ Peut-être, dit Harry. Avec Malefoy, on ne sait jamais à quoi s’attendre.

─ Il valait mieux que Voldemort le tue, plutôt qu’il le libère, remarqua justement Hermione.

─ En effet, dit Harry. Mais Voldemort ne pardonne pas aux traîtres.

─ Je suis épuisée, dit alors Hermione. Je n’aurai pas dû jouer au Quidditch. Je ne vais pas pouvoir travailler tard ce soir.

─ Tu seras prête comme personne, la rassura Harry.

─ D’ailleurs, à la façon dont tu nous aides, tu pourrais passer les examens aujourd’hui !

            ─ Non, j’ai encore plein de livres à lire, dit Hermione inquiète. J’en ai commandé des nouveaux pour me perfectionner.

─ Quoi ! Ceux de la bibliothèque ne te suffisent plus, s’exclama Ron.

─ Non, je les ai tous lus. J’ai noté toutes les informations intéressantes. Bon, je vais me coucher, je compte me lever tôt demain matin. Si vous voulez de l’aide, rejoignez-moi comme d’habitude à la bibliothèque.

Harry et Ron se regardèrent. Ils étaient admiratifs devant le travail d’Hermione et son aide leur était d’une aide précieuse.

─ On ferait bien d’en faire autant, dit Harry en étouffant un bâillement.

Le ciel était parsemé d’étoiles mais il soufflait un vent violent. Harry mit du temps à s’endormir à cause du bruit.

Pourquoi est-ce qu’il l’a tué ? cria Drago Malefoy.

─ Ton père a voulu nous trahir, répliqua Rogue méchamment. Il mérite ce qu’il lui est arrivé. Si Voldemort ne l’avait pas tué, j’aurai été ravi de m’en charger.

Comment pouvez-vous dire ça ? hurla Drago. VOUS ETIEZ AMIS, IL ME SEMBLE !

─ Oui, c’est vrai, répondit Rogue de sa voix glaciale. Jusqu’à ce qu’il change de camp. Et je vous conseille de vous calmer si vous ne voulez pas subir le même sort.

─ Mon père avait sûrement un plan. Il aurait berné ces imbéciles du Ministère, répliqua Malefoy qui parlait moins fort mais qui fusillait Rogue du regard.

─ Asseyez-vous, dit Rogue en tendant sa baguette vers Drago.

Rogue utilisa le sortilège impardonnable de l’imperium pour le forcer à s’asseoir. Malefoy luttait de toutes ses forces mais dû céder à cause de la douleur.

Ce fût sans doute cette douleur trop violente qui réveilla Harry et qui le fit crier. Il était en sueur et mis quelques instants avant de se rendre compte qu’il était bien dans son lit dans le dortoir des Gryffondor.

─ Qu’est ce qu’il se passe ? demanda Ron paniqué.

─ Rien, répondit Harry qui essayait de reprendre ses esprits. J’ai fait un cauchemar.

Une idée lui vint brutalement à l’esprit. Il bondit hors de son lit, suivit de Ron, Seamus, Dean et Neville.

Harry réveilla les professeurs McGonagall, Maugrey et Lupin. Tonks, qui restait au château durant toutes les vacances fut réveillée et rejoignit le groupe.

─ J’ai vu Malefoy et Rogue qui se disputaient, dit Harry très agité. Ils sont dans la Cabane hurlante ! Il faut y aller tout de suite !

─ Calmez-vous Potter, dit McGonagall. Vous avez dû faire un cauchemar à cause de ce que je vous ai dit tout à l’heure à propos de Lucius Malefoy.

Ron savait que Harry n’aimerait pas qu’on lui dise qu’il a fait un cauchemar.

─ Professeur, dit Harry. J’ai souvent eu des soi-disant cauchemars la nuit et vous savez très bien qu’ils représentaient la réalité.

─ C’est exact, mais Voldemort s’est aussi servi de vous une fois, répliqua le professeur McGonagall.

Harry s’en souvenait très bien. Il se sentait même responsable de la mort de Sirius à cause de ce « cauchemar » manipulé par Voldemort.

─ Oui, mais cette fois, Harry maîtrise l’occlumentie, intervint Maugrey. Il a même de plus grands dons que moi. Il est certain que Voldemort ne peut plus manipuler l’esprit d’Harry aussi facilement qu’avant.

Hermione, en robe de chambre, accourut, réveillée par le bruit. Elle fut mise au courant de la situation par Harry qui espérait bien trouver en Hermione une alliée pour se rendre à la Cabane hurlante.

─ C’est l’occasion unique de découvrir où est la Coupe de Poufsouffle, dit immédiatement Hermione. Harry et Maugrey pourront essayer de lire dans les pensées de Malefoy.

─ Il faudra que je m’occupe de Rogue, dit Lupin pour que vous puissiez vous concentrez. De toute façon, les pensées de Rogue sont inaccessibles.

─ Ne perdons pas de temps, dit Maugrey. Minerva, vous êtes d’accord, n’est-ce pas ?

─ Oui, il faut prendre des risques pour réussir, déclara McGonagall d’un ton peu rassuré. Mais on se concentre sur l’objectif de savoir où est l’Horcruxe. Capturer Malefoy et Rogue n’est pas notre priorité aujourd’hui. Tonks nous accompagnera. Hermione, Ron et les autre, vous restez ici.

─ Mais pourquoi ? s’exclamèrent ensemble Ron et Hermione.

─ Rogue est très dangereux et je ne veux pas vous perdre. Vous nous serez encore très utiles par la suite. C’est mon dernier mot, dit McGonagall d’un ton ferme. Harry regrettait que Ron et Hermione ne puissent pas venir. Ils avaient démontré qu’ils étaient bons pour les combats en duel alors que Tonks ne lui inspirait pas confiance pour le combat.

Ils prirent le passage secret le plus rapide pour se rendre à Pré-au-lard. McGonagall donna les dernières consignes.

─ Tonks neutralisera Malefoy, et Harry fera son possible pour lire dans ses pensées.

─ Moi, dit Maugrey, je vous aiderai à neutraliser Rogue, et si possible, j’essaierai de pénétrer dans l’esprit de Malefoy. Harry, il faut que tu fasses en sorte que Malefoy pense à l’endroit où est caché la Coupe pour pouvoir découvrir sa cachette.

Arrivé à proximité du Saule cogneur, Lupin prit une branche par terre et l’appuya sur le nœud d’une racine à la base du tronc, ce qui eut pour effet de l’immobiliser. Lupin avait expliqué à Harry que cet arbre avait été planté pour lui lorsqu’il était élève, à l’époque où il n’existait pas encore de potion Tue-loup. Harry avait une pensée en tête. Il voulait se débarrasser de Rogue aujourd’hui. Il éprouvait autant de haine pour Rogue que pour Voldemort. Ils n’étaient plus très loin de l’entrée dans la Cabane car ils entendirent des voix de personnes qui se disputaient.

─ Je passe en premier, chuchota Maugrey.

Il avança sans bruit vers la porte et attendit quelques instants.

Harry sentit les battements de son cœur et avaient l’impression que tout le monde pouvait les entendre. Tout à coup, Maugrey enfonça la porte.

Expelliarmus !

Stupéfix ! retentit deux fois.

La baguette de Rogue vola dans les airs mais Malefoy avait réagi en une fraction de seconde et avait stupéfixé Maugrey. Rogue en profita pour ramasser sa baguette et stupéfixa McGonagall. Harry, lui avait ensuite neutralisé Malefoy. Il se dit qu’il avait eu raison de penser que Ron et Hermione auraient été plus efficace que Tonks qui avait été maladroite.

─ Ne bouge pas, cria Lupin en pointant sa baguette sur Rogue, et imité par Tonks.

Malefoy était apeuré et recula contre le mur. Rogue, lui, semblait très en colère de s’être fait surprendre. Il pointait sa baguette vers le bas.

─ Vas-y Harry, s’exclama Lupin.

Harry aurait voulu tuer Rogue tout de suite. Mais il préféra exécuter le plan comme prévu.

─ Malefoy, est-ce que tu sais où est cachée la Coupe de Poufsouffle ? demanda simplement Harry d’une voix qu’il s’efforçait de rendre calme.

─ Tu crois que je vais te le dire Potter ? Tu rêves. Ce n’est pas ta baguette pointée sur moi qui va me faire peur !

Harry essayait de se concentrer sur l’esprit de Malefoy mais il ne vit pas l’Horcruxe.

─ Malefoy, vous…, commença Rogue qui fut tout de suite interrompu par Lupin.

─ Si tu parles, Severus, je te tuerai, dit Lupin. Et tu sais que ça ne me déplairait pas.

─ Malefoy, de quelle couleur est la Coupe ? Comment la récupère-t-on ? demanda Harry qui cherchait un moyen pour que Drago pense à la Coupe.

Harry se concentrait au maximum, et tout à coup, il vit la caverne où il s’était rendu avec Dumbledore l’an passé pour chercher le médaillon. Et il vit des choses bizarres…ce n’était pas un lieu…mais des mots qui se bousculaient. Il entrevit les mots lumos, branchiflore, freezectum, puis encore Lumos. Soudain, le sol se mit à trembler fortement, et l’étage s’effondra sous Rogue et Malefoy. Harry, Lupin et Tonks parvinrent à s’agripper aux planches de bois. Maugrey, lui était à l’entrée de la pièce ; il ne craignait donc rien puisque Rogue et Malefoy se trouvaient à l’autre bout.

─ Ils s’échappent ! s’exclama Harry.

Lupin était occupé à ranimer Tonks. Harry essaya de descendre à l’étage inférieur mais c’était impossible.

─ C’est Rogue, dit Lupin. Il a exécuté un sort informulé et a détruit le plancher. J’ai vu les étincelles bleues jaillirent de sa baguette.

Harry était hors de lui.

─ ON AURAIT DÛ LES SUPPRIMER PENDANT QU’ON LES AVAIT. ROGUE EN A PROFITER. IL SAUTE SUR L’OCCASION, LUI.

Le regard penaud de Lupin calma un peu Harry, mais il était toujours aussi en colère.

─ Vous avez réussi à découvrir quelque chose, Harry ? demanda prudemment Lupin.

─ Non, répondit Harry qui ne voulait pas parler de ce qu’il avait vu. D’ailleurs, il ne comprenait pas vraiment ce qu’il avait vu et il était trop en colère pour vouloir en parler.

─ Mobilicorpus, prononça Lupin.

Le corps de Maugrey s’éleva verticalement à quelques centimètres du sol et Lupin pût ainsi le faire avancer. Tonks s’était relevée mais saignait à la figure, ce qui ne l’empêchait pas de marcher.

A leur retour, Hermione, Ron, Seamus et Dean les attendaient. Ils furent inquiets de voir le professeur Maugrey dans cet état. Celui-ci fût immédiatement conduit à Madame Pomfresh. Le sort lancé par Rogue était puissant et il faudrait deux à trois semaines pour remettre Maugrey sur pied.

─ Que s’est-il passé, demanda Hermione, inquiète lorsqu’ils regagnèrent le dortoir.

Harry lui raconta les événements ainsi qu’à Ron mais attendit que Seamus, Dean et Neville se soient couchés. Il décida de leur raconter ce qu’il avait vu dans l’esprit de Malefoy.

Freezectum, je ne connais pas ce sortilège, dit Ron.

─ C’est un sortilège permettant de solidifier tous les liquides, expliqua Hermione.

─ A ton avis, qu’est ce que j’ai vu dans l’esprit de Malefoy ? demanda Harry.

─ Peut-être qu’il essayait de penser à n’importe quoi, dit Ron. Rogue l’a sûrement mis en garde contre tes dons d’occlumentie.

─ Oui, il l’a sûrement fait, approuva Hermione. Mais, on ne peut pas savoir ce qu’a réellement fait Malefoy.

─ Au moins, on sait que nous devons retourner à la caverne, déclara Ron.

─ Oui, mais c’est vraiment rageant. On pouvait en terminer aujourd’hui avec Rogue et Malefoy. Cela aurait été une belle victoire, enrageait Harry.

─ Oui, peut-être, dit Hermione, pensive.

Harry ne réussissait pas à s’endormir. Il aurait pût se venger et tuer les deux personnes qui avaient tué Dumbledore.

 


 

20

Le cimetière

   
L

e lendemain, une réunion exceptionnelle fut organisée. Il s’agissait de faire le bilan et de réfléchir à la façon de détruire la Coupe de Poufsouffle.

─ Peut-être que nous devrions nous occuper des deux Horcruxes en même temps, dit Hermione.

─ Cela me paraît peu prudent, répliqua McGonagall. Il ne faut pas disperser ses forces.

─ Mais la diversion ne fonctionnera qu’une seule fois, intervint Harry qui avait déjà discuté de cette idée avec Ron et Hermione.

─ Je pense qu’il vaut mieux s’occuper d’un Horcruxe après l’autre, dit Arthur Weasley. Nagini sera peut-être difficile à détruire.

─ Je ne suis pas d’accord, dit alors Lupin. Comme l’ont dit Harry et Hermione, nous ne réussirons qu’une fois à attirer les Mangemorts et nous devrions en profiter pour faire d’une pierre, deux coups.

Mais le professeur McGonagall ne changea pas d’avis et c’était elle qui dirigeait l’Ordre en l’absence de Maugrey. Ils durent céder à contrecœur. Ils ne comprenaient pas l’attitude de McGonagall.

─ J’espère que Maugrey sera sur pied avant que l’on attaque Nagini, chuchota Ron.

Harry, Ron et Hermione étaient en colère contre McGonagall.

─ Harry, avez-vous pût lire dans les pensées de Malefoy ? demanda-t-elle.

─ Non Madame, répondit Harry. Le sol s’est écroulé avant.

Ron et Hermione n’étaient pas surpris de la réponse d’Harry. Ils en étaient même satisfaits pour l’instant.

─ En ce qui concerne la diversion, dit Hermione, j’ai une idée.

─ Allez-y Miss Granger, dit McGonagall.

─ Luna pourrait confier à Nagini qu’une réunion importante aura lieu aux Trois Balais le jour de la sortie à Pré-au-lard, dit Hermione qui doutait de la réponse de McGonagall. Bien sûr, il faudra alors annuler la sortie.

─ Ça, c’est une bonne idée, dit-elle. Voldemort serait très intéressé de détruire tous les membres importants d’un coup. Et le fait de se réunir à Pré-au-lard un jour de sortie paraît une bonne idée.

─ Mais il faut attendre que Luna soit en confiance avec Nagini, ajouta Hermione. Il ne faudra pas que Voldemort soit avec lui. Quand ira-t-elle le voir ?

─ Dès demain. Luna ira à sa recherche dans la forêt interdite, répondit McGonagall.

─ Nagini n’est pas dans la forêt interdite, dit Harry. Il est dans le cimetière où le portoloin nous avait emmené, Cédric Digorry et moi. Je fais régulièrement des cauchemars dans lesquels Voldemort et Nagini se parlent. Parfois, il n’y a que Nagini.

─ Quoi ! s’exclama Hermione. Mais comment va-t-on retrouver le cimetière ?

Hermione était très inquiète.

─ Il suffit de toucher le portoloin, dit calmement Harry.

─ Non, répliqua Ron, inquiet à son tour. Un portoloin est réglé pour une faible durée. Ensuite, il redevient un objet normal.

Harry sentit une bouffée de chaleur lui monter aux joues. Il ne s’était pas inquiété et pensait que la recherche du lieu du cimetière n’était pas préoccupante.

─ Attendez, intervint Arthur Weasley. Tous les voyages réalisés grâce à un portoloin sont enregistrés par le Ministère. Nous pouvons encore le retrouver. Je m’en occupe dès demain, j’irai me renseigner au département des transferts corporels instantanés.

Harry, Ron et Hermione furent rassurés. Luna pourrait se mettre en route très bientôt.

Lors de la réunion de l’A.D. qui suivait, tout le monde fût mis au courant des derniers événements. Luna se sentait prête à rencontrer Nagini et ne semblait pas inquiète. Les entraînements sur les sorts informulés commencèrent.

─ Elle est folle cette fille, s’exclama Ron. Moi je serai mort de trouille à sa place.

─ Elle est courageuse, sourit Hermione.

─ Elle est inconsciente, oui.

─ Mais elle nous est indispensable, rappela Harry. C’est elle qui pourra tuer Nagini et lui parler le la fausse réunion à Pré-au-lard. D’ailleurs, j’irai chercher la Coupe de Poufsouffle pendant ce temps. McGonagall n’a pas compris la situation.

─ Nous aussi, nous t’accompagnons, dit Hermione.

─ Je suis d’accord avec vous, dit une vois derrière eux, ce qui les fit tressaillir.

Lupin les regardait en souriant.

─ Vous devriez comploter moins fort, plaisanta Lupin. Mais je pense, moi aussi que nous devons nous occuper des deux Horcruxes à la fois. Cependant, vous devrez y aller tous les trois. J’essaierai de vous couvrir mais je dois être présent avec le professeur McGonagall pour détruire Nagini, d’autant plus que Maugrey ne sera peut-être pas là.

─ Pas de problème, répondit Harry. Nous irons tous les trois.

Lupin commençait à s’éloigner, puis revint sur ses pas.

─ Harry, qu’as-tu lu dans l’esprit de Malefoy ? demanda-t-il.

Devant le regard étonné de Harry, Lupin sourit.

─ Oui, si vous êtes prêts à y aller tous les trois, c’est que vous devez bien savoir où se trouve la Coupe.

Harry lui expliqua ce qu’il avait vu mais Lupin n’en savait pas plus que sur les mots qu’Harry avait vus. Cette nuit-là, Harry fit encore le même cauchemar avec Nagini, mais cette fois ci, il n’y avait pas Voldemort.

Le lendemain, au déjeuner, Arthur vint leur annoncer une mauvaise nouvelle. Le portoloin avait été ensorcelé et il était impossible de savoir quelle avait été sa destination.

Harry, Ron et Hermione furent abasourdis par cette nouvelle. Retrouver le cimetière était capital.

─ On peut se servir de Barty Croupton Junior ! s’exclama soudain Ron. On lui fait boire du véritasérum et là, impossible de ne pas savoir où se trouve ce fichu cimetière !

Arthur fit un large sourire et sortit de la Grande Salle en courant. Ron était fier de son idée.

─ Bravo Ron, s’exclama Harry.

─ Tu nous a fait gagné un temps précieux. On aurait sûrement pensé à Barty Croupton Junior et au véritasérum mais pas immédiatement, dit Hermione qui semblait se demander pourquoi elle n’y avait pas pensé plus tôt.

Dans la soirée, alors que Harry, Ron et Hermione se reposait dans la salle commune après un après-midi de Quidditch et d’études, le professeur McGonagall entra avec un grand sourire.

─ Bien vu Mr Weasley. Barty Croupton nous a révélé l’endroit où se trouve le cimetière. Il est au 68, rue Salazar Serpentard, à Dublin.

─ Génial, s’exclama Ron.

─ Luna s’y rendra dès demain. Elle a obtenu son permis de transplaner juste avant les vacances.

─ Comme Ginny, dit Ron pendant que McGonagall sortait de la salle commune. Si Luna peut partir dès demain, nous n’aurons pas perdu beaucoup de temps.

─ Maintenant, tout repose sur elle, dit Hermione pensivement.

 

Le jour de la rentrée, les élèves ne parlaient que de la finale de Quidditch devant se dérouler le samedi de la semaine suivante. Cela permettait aux élèves membres de l’A.D. de se changer les idées pendant quelques temps. Mais Luna, elle, se rendait tous les jours au cimetière où elle rencontrait Nagini. Harry, Ron et Hermione allèrent lui demander de ses nouvelles tous les jours pendant les repas. Luna était obligée de se rendre au cimetière seule car l’arrivée brutale d’un humain serait trop visible si jamais Nagini se trouvait à proximité. Luna expliqua que Nagini était très méfiant au début mais qu’à présent il lui parlait beaucoup plus.

─ J’ai l’impression que Nagini me prend pour un serpent perdu qui ne sait pas quoi faire de son temps. Il me trouve bizarre et me prend pour une idiote. C’est étonnant, non ? s’interrogea Luna l’air rêveur.

Harry, Ron et Hermione se retinrent de rire. Apparemment, Luna devait donner l’impression d’être dans la Lune même lorsqu’elle se transformait en serpent.

─ En tout cas, c’est très courageux de ta part, dit amicalement Hermione. Nous te remercions tous. Tu prends tout de même un gros risque en te rendant chez l’ennemi toute seule.

─ Ce n’est pas si dangereux, dit Luna très calmement. Nagini ne se doute de rien. Et puis, grâce aux cours de l’A.D., je peux me défendre contre lui.

Luna ne fit pas attention aux regards étonnés de Harry, Ron et Hermione.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×